mardi 20 juillet 2021

L'étouffement de la Loi 101, article par article...

Le diable est dans les détails, y compris - et peut-être surtout - pour la Loi 101, aussi appelée Charte de la langue française. Le principe de notre Charte semble assez clair à l'article 1: «Le français est la langue officielle du Québec.» Puis de détail en exception en décision judiciaire, la belle bannière française se tache, se lézarde et finit par s'écrouler.

Prenons en exemple l'article 15 de la Charte que voici:

Clair et net, non? L'«Administration» (l'État, les municipalités, etc.) travaille en français et rend public son travail en français. On énonce trois exceptions. Celle sur laquelle je veux m'attarder est la deuxième. L'obligation du français seul ne s'applique pas «à la publicité et aux communiqués véhiculés par des organes d'information diffusant dans une langue autre que le français».

Le gouvernement québécois, la Ville de Montréal peuvent ainsi insérer des publicités en anglais dans la Gazette de Montréal ou sur les ondes de CBC ou CTV, par exemple. Ou en italien dans le Corriere Italiano. À l'article 29, la Loi 101 prévoit aussi que les municipalités à majorité anglaise, les commissions scolaires anglaises, entre autres, peuvent utiliser l'anglais et (pas ou) le français.

Jusque là, ça va. Sauf ces exceptions, l'«Administration» «rédige et publie» en français seulement. Du moins, c'est ce que je croyais, jusqu'à ce que je m'aperçoive que la Ville de Gatineau (à 80% francophone) publie des avis en français et en anglais dans l'hebdo «bilingue» d'un quartier à majorité francophone (ils le sont tous) de la municipalité (bit.ly/3qXSAj7). Ce qui m'amena à poser la question suivante - voir les échanges Twitter ci-dessous avec la Ville de Gatineau):

------------------------------------------------

-------------------------------------------------

Cet échange avec la Ville m'a permis de découvrir des choses:

1. L'Office québécois de la langue française permet à une municipalité à majorité francophone de publier «simultanément en français et en anglais» dans des «publications anglophones», ce qui semble conforme au texte de l'article 15.

2. Cependant, l'Office québécois de langue française et la Ville de Gatineau définissent comme «anglophone» les médias dont le contenu est à la fois français et anglais. Ça ce n'est pas ce que dit l'article 15, qui vise des organes publiant «dans une langue autre que le français» et non des organes d'information qui publient dans deux langues dont le français. Si cet hebdo «bilingue» est considéré «anglophone», il peut tout aussi bien être défini comme «francophone».

3. Ainsi, non seulement l'OQLF et la Ville de Gatineau ont-ils étiré l'élastique des exceptions de l'article 15 en «publiant de façon bilingue dans une publication bilingue», mais il appert que cette façon de procéder «avait été demandée par l'OQLF»! Et moi qui croyait que l'Office avait pour mandat de protéger la langue française...

Par ailleurs, il ressort que ni l'OQLF ni la Ville n'ont établi de critères pour définir à quoi correspond le statut «bilingue» d'une publication. Il me semble qu'un journal bilingue, s'adressant à des publics en partie unilingues, doive normalement présenter les informations en parallèle,  dans les deux langues. Ainsi les publicités du Québec et la Ville de Gatineau dans le Bulletin d'Aylmer/Aylmer Bulletin étaient identiques en français et en anglais.

Mais cet hebdo ne fait pas les choses ainsi. Ses textes peuvent être présentés dans une langue ou dans l'autre, sans traduction, laissant entendre que son contenu s'adresse à un public qui connaît, dans son immense majorité, l'anglais et le français. Pourquoi, alors, une municipalité francophone ne se limiterait-elle pas à publier des avis en français, pour respecter l'esprit de la Loi 101, pour affirmer le caractère francophone de la Ville de Gatineau, dans un hebdo où l'immense majorité des lecteurs comprend le français?

Par ailleurs, vu l'absence de définition du caractère bilingue d'une publication, n'importe quel quotidien ou hebdo - à Rimouski, Saguenay - pourrait insérer quelques textes en anglais dans ses pages, se déclarer bilingue, et réclamer des publicités additionnelles en anglais de la municipalité et du gouvernement québécois... Tant qu'à tordre l'article 15, aussi bien le réduire en miettes...

On me dira que cette affaire de pub bilingue dans un hebdo de Gatineau n'est qu'un détail. Mais il arrive souvent qu'un détail ici et là ébranle la fondation même d'un édifice. Le message, ici, c'est que l'OQLF permet à des municipalités françaises en vertu de la Loi 101 de se comporter comme des municipalités bilingues à majorité anglaise, et que la présentation d'une façade bilingue de ces municipalités incitera les anglophones et allophones à considérer le français comme optionnel...

En insistant pour exiger, jusque devant les tribunaux, la connaissance de l'anglais pour combler un poste de fonctionnaire qui pouvait fort bien s'en passer, la Ville de Gatineau a réussi en 2016 à faire tomber un pan entier de la Loi 101, au chapitre du français langue de travail. Il aura suffi d'un débat sur un poste de commis aux finances (voir bit.ly/3gYOiV7)...

Chaque petit pas vers la «bilinguisation» dans des municipalités or organismes de langue française mine l'esprit et la lettre de la Loi 101, déjà charcutée par les tribunaux fédéraux. Malheureusement, cela ne semble intéresser personne... Certains jours, découragé par la piètre performance de nos protecteurs linguistiques à l'Office de la langue française, je me demande s'il ne faudrait pas le renommer l'OQLA...



dimanche 18 juillet 2021

Visite exaspérante chez CAA-Québec...



Petite incursion frustrante, cette semaine, dans le monde merveilleux de CAA-Québec...

Mon épouse et moi irons bientôt passer quelques jours à l'île d'Orléans. Je suis donc à la recherche de guides, cartes et autres documents d'intérêt touristique.

À prime abord, pas grand chose sur les tablettes du magasin CAA-Québec de Gatineau, au-delà des cartes routières et d'un guide routier général couvrant le Québec et les provinces de l'Atlantique...

Reste le présentoir des guides des offices régionaux de tourisme du Québec, qui contiennent habituellement quelques infos utiles... 

Je trouve Montérégie, Lanaudière, Outaouais, Chaudières-Appalaches... mais rien sur la région de Québec et de l'île d'Orléans...

Je m'informe au comptoir et la préposée me répond que les responsables de ces guides ne les envoient plus à CAA-Québec depuis 2019... et que je dois aller à la Maison du tourisme de l'Outaouais (Secteur Hull) pour en obtenir un exemplaire...

C'est inacceptable, dis-je. Je vais protester auprès des instances gouvernementales appropriées pour qu'elles vous mettent de nouveau sur leur liste d'envoi des guides touristiques régionaux...

Sur ce, une deuxième préposée intervient et précise qu'en réalité, c'est CAA-Québec qui a demandé de ne plus recevoir cette documentation...

Pourquoi? Parce que, me dit-on, la CAA veut désormais faire la promotion de ses produits maison...

Bon, ça se comprend. Alors où sont ces produits maison que CAA-Québec offre à ses membres en remplacement des guides (gratuits, en passant) des offices québécois de tourisme?

Euh... Je ne vois rien... Il n'y en a pas, du moins pas à l'établissement gatinois de CAA-Québec...

La préposée me propose de regarder dans la section des guides payants... Non, rien là non plus, du moins sur l'île d'Orléans...

Plein de guides, cependant, sur tous ces pays où personne ne veut se rendre avant la fin de la pandémie... Mais les destinations québécoises? Pas riche...

Alors si je comprends bien, CAA-Québec refuse de distribuer à ses membres et au public les guides des offices régionaux de tourisme du Québec, sous prétexte de privilégier des produits maison qui n'existent pas...

On n'est pas loin du laissez-passer A-38...

Alors hop! En voiture jusqu'à la Maison du tourisme de l'Outaouais, où je vois des piles de guides des différentes régions du Québec, y compris la capitale nationale et l'île d'Orléans... mais ils sont tous en anglais!!!

Vite, je m'informe à l'accueil. Où sont les documents en français? Il faut les demander au comptoir, répond mon interlocuteur, et on ira vous en chercher un... Eh ben...

Et on m'apporte ledit guide en français, celui que CAA-Québec ne veut plus offrir, avec une carte du Vieux Québec et une carte-napperon des six municipalités de l'île d'Orléans...

Ce fut un après-midi instructif... et un peu exaspérant...

Mieux vaut visiter le site Web https://tourisme.iledorleans.com/ pour se renseigner. J'y ai d'ailleurs découvert un guide intitulé «Une île à découvrir» réalisé par la MRC de l'île d'Orléans... Exactement ce que je cherchais...

Mais il n'y en a pas à la Maison du tourisme de l'Outaouais, ni au magasin CAA-Québec de Gatineau...

Misère...


samedi 17 juillet 2021

Le péché mortel de Louise Penny...



J'ai la page 205 du polar Enterrez vos morts(1) comme une arête dans la gorge, et franchement, au moment d'écrire ces lignes, je ne sais pas si je pourrai continuer à lire avec autant d'avidité les polars de Louise Penny.


En ancrant les héros de ses romans policiers dans une vraie collectivité, en modelant le vécu de cette société pour façonner d'habiles fusions vérité-fiction, un(e) auteur(e) joue nécessairement avec le feu.


Il faut faire ses devoirs. Bien situer une rue, une ville, ne pas faire d'erreurs importantes de dates, se familiariser avec us et coutumes, bien capter les contextes historiques et actuels. Bref, créer un décor plausible pour la trame du récit.


Les péchés véniels sont acceptables. On peut tordre un peu le cours de l'histoire pour les besoins de la cause. Mais l'auteure de best-sellers mondiaux a commis un péché mortel en inventant un événement où elle attribue aux indépendantistes québécois des comportements similaires à ceux des Nazis de l'époque hitlérienne.


S'aventurer dans les rapports franco-anglo au Québec est un champ de mines que Louise Penny navigue habituellement avec doigté dans ses romans où le héros, l'inspecteur-chef Armand Gamache de la Sûreté du Québec, et ses lieutenants entretiennent des rapports le plus souvent cordiaux avec les Anglo-Québécois.


Torontoise d'origine mais domiciliée en Estrie depuis plus d'une dizaine d'années, Louise Penny situe l'action d'Enterrez vos morts dans le Vieux Québec, où un archéologue fictif, Augustin Renaud, à la recherche de la tombe de Samuel de Champlain, est assassiné au sous-sol de l'édifice historique de la Literary and Historical Society, joyau de la petite communauté anglophone de Québec.


À la très réelle et légendaire quête des ossements de Champlain et à la très réelle bâtisse de la Literary and Historical Society où loge une magnifique bibliothèque, l'auteure greffe un incident fictif qui semble servir, au moins en partie, à expliquer la méfiance des Anglos de Québec envers la police et la majorité francophone.


La page 205... Louise Penny y évoque l'un des pires, sinon le pire souvenir des personnages de la Literary and Historical Society, remontant à 1966:


«L'arrivée des casseurs. Les drapeaux du Québec que les gens agitaient. Les insultes : "maudits Anglais", "têtes carrées" et pire encore. La chanson entonnée devant le bâtiment. Gens du pays, l'hymne des séparatistes, aux paroles belles à pleurer, lancé comme une insulte contre l'édifice et aux Anglos effrayés à l'intérieur.


« Puis l'attaque. Les séparatistes qui entraient en trombe, se précipitaient dans le majestueux escalier et pénétraient dans la bibliothèque, dans le cœur même de la Lit and His. Et ensuite la fumée, les livres qui brûlaient. Elle avait couru pour les arrêter, pour essayer d'éteindre les feux. Dans son français parfait, elle les avait suppliés, implorés d'arrêter. Porter, M. Blake, Winnie et d'autres avaient aussi tenté de faire cesser la destruction. Elle voyait encore la fumée, entendait les cris, le fracas des vitres se brisant.


«En se tournant, elle avait vu Porter casser les magnifiques fenêtres à carreaux sertis de plomb, des fenêtres qui avaient été là depuis des siècles et qui maintenant volaient en éclats. Puis elle l'avait vu prendre des livres au hasard et les jeter dehors. Des tas et des tas de livres. M. Blake aussi s'y était mis. Pendant que les séparatistes brûlaient des livres, les Anglos en lançaient d'autres par les fenêtres, et leurs couvertures s'ouvraient comme s'ils tentaient de s'envoler.


«Winnie, Porter, Ken, M. Blake et d'autres qui cherchaient à préserver leur histoire avant de sauver leur propre peau. Oui, elle s'en souvenait.»


Avec un tel passage, pas besoin de faire de dessins à ceux et celles qui liront ce roman traduit en plus de 20 langues autour du monde... Ces séparatistes franco-québécois sont des Nazis mode hitlérienne, des brûleurs de livres et bibliothèques, pendant que les pauvres Anglos tentent de préserver le monde civilisé contre une horde barbare et xénophobe. Mais c'est presque le monde à l'envers! Une lecture de l'histoire, la vraie, démontre la fausseté d'une telle vision, porteuse des préjugés racistes et francophobes qui entachent trop souvent les pages de commentaires des médias anglo-canadiens.


Déconstruisons le fiel de Mme Penny phrase par phrase. Les séparatistes des années 1960, plus jeunes que la moyenne et souvent plus instruits, n'auraient pas violenté une bibliothèque et n'auraient pas crié Maudits Anglais ou têtes carrées. Ils se seraient attaqués aux symboles de la domination politique et économique anglaise, ou fédérale. Même les plus violents, ceux du FLQ par exemple, n'auraient pas eu dans leur mire une bibliothèque historique, fut-elle anglaise. Et ils n'auraient pas chanté Gens du pays en 1966. D'abord parce que la chanson a été composée en 1975, puis que c'est un hymne à l'amour, que l'on chante partout et qui a même supplanté le vieux «Bonne fête» aux anniversaires.


Quant à l'image des séparatistes envahissant la bibliothèque et allumant des incendies dans les rayons de livres, insensibles aux supplications d'innocentes victimes... elle n'est même pas plausible pour quiconque connaît les us et coutumes des Québécois des années 1960. Si tel incident s'était réellement produit, la presse anglo nous aurait accablé des pires injures (avec raison) et ne manquerait pas de nous rappeler l'événement pendant des siècles! En fouillant dans les livres d'histoire, on apprendra cependant que les militaires anglais avaient brûlé des villages canadiens-français après la rébellion de 1837 et que des Anglo-Montréalais avaient incendié le Parlement parce qu'on avait voulu indemniser les victimes du général Colborne (le Vieux brûlot)...


Et comme si le simple fait d'inventer un autodafé ne suffisait pas, l'auteure en remet, empilant les images pathétiques, les Anglos fracassant de précieuses fenêtres à valeur historique, lançant des livres à l'extérieur pour sauver, au péril de leur vie, le plus d'écrits possibles contre la brutalité des séparatistes. Assez! Trop, c'est trop! Les victimes de violences de toutes sortes à Québec, au Québec et ailleurs au Canada, depuis la conquête, ne sont pas ceux que Mme Penny met en vitrine.


Si on veut retourner à la ville de Québec de cette époque, rappelons brièvement la visite de la reine Élizabeth et du prince Philip en 1964. On les croyait en danger avec l'essor du mouvement nationaliste québécois. Des milliers de policiers protégeaient le défilé. Or, qu'a fait la population francophone? Elle est restée chez elle. Les rues étaient désertes, au point où le prince Philip a demandé pourquoi les autorités n'avaient pas laissé le public sortir pour voir le cortège royal? Les seuls adversaires présents étaient quelques centaines d'indépendantistes armés de pancartes, que les policiers ont attaqués sans raison. La journée s'appelle désormais «samedi de la matraque»


Si Mme Penny ne connaissait rien du Québec, on pourrait comprendre, sans excuser. Mais elle demeure ici, connaît la langue, est même francophile, décorée de l'Ordre national du Québec. Elle a atteint le sommet du palmarès des best-sellers du New York Times. Ses livres sont vendus à des millions d'exemplaires, et traduits en 29 langues. Comment ces lecteurs et lectrices, mis en face d'une précision parfois chirurgicale dans les descriptions du Vieux Québec et de la quête de la tombe de Champlain, pourront-il deviner qu'il n'y a pas eu en 1966 de violences séparatistes contre le savoir conservé dans la magnifique bibliothèque de la Literary and Historical Society?


Le coup de poing asséné dans cette page 205 m'a assommé. J'ai mis le livre de côté. Je ne le brûlerai pas. Les Québécois ne brûlent pas des livres ou des bibliothèques. Un peuple dont la devise est Je me souviens ne met pas le feu aux mémoires imprimées. Je finirai sans doute par reprendre, avec moins d'entrain, la lecture d'Enterrez vos morts. Mais le dommage est fait. Comme disent des Anglais, you can't un-ring a bell...


......................


En conclusion, dans ses «Remerciements», Mme Penny avoue avoir «pris quelques libertés avec l'histoire du Québec». Et elle ajoute: «certains lecteurs n'apprécieront sans doute pas mes extrapolations, mais j'espère qu'ils comprendront».


Chère Mme Penny, prendre certaines libertés est certes inévitable dans ce genre de roman. Mais réinventer un pan d'histoire à l'image des perceptions haineuses et francophobes qu'on nous sert trop souvent dans les médias anglo-canadiens? C'est blessant, insultant, injurieux.


........................


NB - J'ai finalement lu le reste du roman...

..........................


(1) Penny, Louise, Enterrez vos morts, Éditions Flammarion Québec, 2013, 527 pages.


jeudi 15 juillet 2021

On nous prend pour des imbéciles... Le sommes-nous?

«Le tattou (sic) ça aussi, c'était une surprise...»

Dans l’ultime offrande publiée de son vivant, L'allume-cigarette de la Chrysler noire(1), Serge Bouchard clame sa «colère contre les publicités qui non seulement nous prennent pour des imbéciles, mais nous représentent à l'écran comme de parfaits crétins

 

C’est, à n’en pas douter, un sujet d’actualité en 2021. Depuis seize mois, la pandémie nous a davantage branchés sur nos téléviseurs, où l’on nous bombarde de 20 ou 30 publicités à l’heure... même durant les bulletins de nouvelles de Radio-Canada.

 

Les auteurs de ces pubs, visant à vendre produits et services, ou à nous passer des messages, ont à leur disposition des centaines de milliards de dollars et une armée de sondeurs experts qui décortiquent les moindres failles à exploiter dans les publics cibles.

 

Ces gens, mus par les algorithmes qui coulent dans leurs veines, croient nous connaître mieux que nous nous connaissons nous-mêmes. Ils nous étudient, nous épient jusque dans nos moindres battements Facebook, ou autres de même genre… Et puisqu’ils continuent à nous inonder de pubs, je dois conclure que ça marche...

 

Que faut-il donc penser quand on nous montre à cœur de jour cette publicité imbécile des Crosstrek de Subaru (bit.ly/3kpngZ4), où un couple adulte se comporte comme si trois véhicules étaient réellement leurs enfants. «On en voulait deux, mais le troisième, c’était une surprise», commentent-ils en voyant leur «progéniture».

 

Puis ce couple – comment dire ? – de crétins vante les mérites de leurs «enfants» sur pneus (le 2e a «tout un caractère»), leur vie active («ils ne végètent pas dans les centres d’achats». Et quand les voitures reviennent à la maison (sans humain au volant), le «père» et la «mère» des trois Subaru les grondent et exigent de savoir où elles ont passé la fin de semaine...


Misère... Mais je pense aussi à cette publicité télévisée de Crédit Karma Québec (bit.ly/3B1LP4p) où l'on voit le logement du client potentiel se transformer à mesure que sa cote de crédit s'élève... Le point culminant survient quand, atteignant son apogée, la cote de crédit fait disparaître la colocataire humaine et la remplace par un chien... Le sens profond de ce message qui se termine par «Vive le progrès», peu importe comment on le retourne, ne dit pas grand bien de l'humanité...


Ces deux pubs - et autres du genre - nous proposent des gens qui, d'une part, pensent que leurs voitures sont de vrais enfants, et, d'autre part, une personne type qui, ayant atteint un niveau de revenu (ou de crédit) supérieur, préférera la compagnie d'un chien à celle d'un humain... Et n'oublions pas que ces messages sont livrés par des experts ayant étudié leur marché et croyant ainsi toucher aux  véritables aspirations de leur clientèle cible.


Serge Bouchard se met en colère - moi itou - contre ces pubs qui nous prennent pour des imbéciles et nous représentent en crétins. Il y a peut-être pire, cependant. Se peut-il que les auteurs de ces publicités, forts de leurs banques de données, aient conclu que la masse de clients qu'ils veulent embrigader est réellement peuplée d'imbéciles et de crétins? Qu'ils croient nous représenter tels que nous sommes, ou tels que nous sommes en train de devenir?


Que voyons-nous dans les deux pubs ci-haut? Un couple à l'aise financièrement, sans enfants, avec trois voitures Subaru, et une personne qui, devenue «riche», choisira de vivre seule dans un décor luxueux. Une société sans enfants (visibles), avide de confort et de biens matériels, consommant sans réserve, à crédit s'il le faut, pour engraisser les profits des puissantes entreprises qui financent à coups de milliards des publicités qu'elle croient efficaces...


Ces pubs sont à la fois amorales et immorales. Et elles disent que nous sommes des imbéciles et des crétins. Je n'entends pas grand-monde protester... En tout cas, je vais en glisser un mot à ma vielle Mazda 6 tantôt... À huit ans, elles doit être assez vieille pour comprendre...


......................................


(1) Bouchard, Serge, L'allume-cigarette de la Chrysler noire, Éditions Boréal, 2021, p. 49


 


mardi 6 juillet 2021

Mary Simon: se faire enfirouaper...

capture d'écran dans Le Devoir

L'annonce de la nomination de Mary Simon comme Gouverneure-générale n'est que le plus récent pion placé par Justin Trudeau dans une campagne électorale qu'il a lancée sans déclaration officielle. Le premier ministre est parfois détestable, mais faut l'avouer: il est rusé.

Tout est calcul dans cette fiction d'annonces en provenance d'un gouvernement libéral minoritaire qui, de toute évidence, n'attend que le feu vert des sondeurs pour dissoudre un Parlement dans lequel il se voit obligé de négocier avec les oppositions.

Faire campagne sans la déclarer, sans justification, constitue un détournement flagrant de démocratie que permet notre système parlementaire. Et en matière de détournement de démocratie, les libéraux fédéraux sont des experts. Le Québec s'en souvient.

La nomination, aujourd'hui, d'une gouverneure-générale qui ne parle pas français constitue un accroc majeur à la convention voulant que le chef d'État connaisse les deux langues officielles du pays (voir communiqué de la FCFA à bit.ly/2UlMnRD), mais cela permettra aux libéraux d'emmagasiner plus de votes dans les franges francophobes du Canada anglais.

Le fait de nommer une Inuit épaissira le glaçage de réconciliation que beurrent les libéraux fédéraux sur un passé de racisme plus que systémique du gouvernement canadien contre des Autochtones qu'il a anglicisés même au Québec. Mary Simon en est la preuve.

Et au cas où la nomination d'une anglophone qui ne parle pas français comme vice-reine du Canada lui ferait perdre des appuis, le gouvernement Trudeau annonce le même jour un projet majeur de train à grande vitesse reliant Québec, Montréal, Ottawa, Toronto et Windsor, sous une pluie de compliments du maire de Québec, Régis Labeaume.

Les petits Québécois seront contents contents. Ils ne se rendront même pas compte que les francophones, à 21% de la population canadienne et en constante décroissance, ne font désormais plus partie des calculs stratégiques quand vient le temps d'affirmer les symboles monarchiques du beau-grand-bilingue Dominion...

L'avant-veille, Justin Trudeau avait annoncé un investissement de plus de 400 millions pour moderniser une usine d'acier, un des gros employeurs de Sault-Sainte-Marie, en Ontario, sous les yeux complaisants des médias et les yeux impuissants des quatre partis d'opposition où, sauf au Bloc québécois bien en selle, règne sans doute une certaine panique. Et Trudeau n'a pas besoin des circonscriptions du Bloc pour obtenir une majorité au Parlement.

Revenons à Mary Simon. Peu de dirigeants francophones oseront critiquer trop ouvertement sa nomination parce qu'elle est Inuit et que, présentement, telle critique causerait des démangeaisons chez les thuriféraires de la rectitude politique. Mais avouons-le: l'accession de Mme Simon au poste de chef d'État d'un pays ayant le français comme langue officielle constitue une claque en pleine face aux Québécois, Canadiens français et Acadiens.

On peut sympathiser avec elle quand on nous rappelle que les pensionnats et externats autochtones fédéraux, même au Québec, anglicisaient les enfants mais Mme Simon a travaillé à CBC et représenté le Canada comme ambassadrice au Danemark et aux Affaires circumpolaires. Durant toutes ces années d'expérience médiatique et diplomatique, elle n'a jamais eu l'idée d'apprendre la seconde langue officielle du pays et la seule langue officielle de sa «province», qui lui a d'ailleurs remis l'Ordre national du Québec?

Mme Simon a promis d'apprendre le français, une fois assermentée comme gouverneure-générale. Ce genre de promesse, que j'ai entendue des milliers de fois quand j'étais Franco-Ontarien et résident d'Ottawa, laisse sceptique, pour dire le moins. Elle aurait pu commencer à suivre des cours de français il y'a longtemps, ou même tout de suite, sans attendre l'assermentation. On nous prend pour des caves? Bonne question. Certains n'aimeraient pas la réponse...

Le premier mot québécois à enseigner à Mme Simon? Enfirouaper. C'est ce qu'on nous fait présentement. Encore. Trop souvent.


lundi 5 juillet 2021

Gatineau assaillie par des journaux bilingues...

En cessant de publier son édition papier le 24 mars 2020, le quotidien Le Droit a laissé un immense cratère dans le paysage médiatique de l'Outaouais. Et comme le veut la bonne vielle théorie du trou, il était inévitable que «quelque chose» le remplisse. Les presses des autres n'arrêteront pas de tourner parce que Le Droit a largué les siennes.

Dans les kiosques, dans les restos, sur les présentoirs, dans les résidences, on ne voit désormais que les deux quotidiens anglais d'Ottawa, le Journal de Montréal, Le Devoir, le Globe and Mail de Toronto, des publications sérieuses, mais qui ne reflètent en rien la culture et l'actualité de Gatineau et des vallées environnantes.

La disparition du Droit imprimé avait aussi laissé le champ libre à l'hebdo bilingue Bulletin d'Aylmer/Aylmer Bulletin, distribué dans le secteur Aylmer, au tiers anglophone. Les éditeurs du Bulletin lorgnent maintenant l'est de Gatineau, à plus de 90% francophone, avec un second journal publié aux deux semaines - encore bilingue -, le Bulletin de Gatineau.

Non seulement ces imprimés vont-ils accaparer une partie des revenus publicitaires locaux qui seraient jadis allés à l'édition papier du Droit, ils offriront au public de langue française un produit de qualité inférieure, véhiculant dans leur mixture bilingue leur profonde allergie au Québec français, déguisée en un soi-disant bon-ententisme.

Le premier numéro de ce Bulletin de Gatineau/Gatineau Bulletin donne le ton. L'éditorial en page 4 est publié en français et en anglais sous la plume de l'éditrice Lily Ryan. L'original est en anglais. L'édito français est traduit. Le gouvernement québécois paie pour quatre pages de pubs sur la vaccination, dont deux en anglais! Scandaleux!

Une seule journaliste signe des textes en français, et elle semble avoir pour tâche additionnelle de traduire dans sa langue des textes de nouvelles rédigés en anglais... On y propose un méli-mélo de publicités anglaises, françaises et bilingues. La page de dos, payée par un ancien annonceur du Droit, indique les prix des voitures à la française, avec un descriptif des véhicules en anglais seulement...

Tout cela n'est guère surprenant quand on sait que les deux Bulletin d'Aylmer et Gatineau font partie du groupe qui publie aussi l'hebdo anglais West Quebec Post et le Pontiac Journal/Journal de Pontiac, qui a eu maille à partir avec l'Office québécois de langue française (OQLF).

Éditorial du Pontiac Journal du Pontiac, 2015

En 2015, un conflit avait surgi entre l'OQLF et «Pontiac Journal du Pontiac». Une injonction demandée et obtenue par l'OQLF en vertu de la Loi 101 aurait obligé le journal à avoir une section française du journal, avec sa propre publicité en français, et une section anglaise du journal, avec sa pub en anglais. La Loi 101, plutôt obscure en cette matière, ne parle que du placement de la publicité.

Mais ce qui frappe le plus dans cette affaire, c'est le ton qu'a pris, surtout dans les textes anglais (reportages et éditorial), le Pontiac Journal du Pontiac. Le titre français à la une? «L'OLF sévit contre le Journal». Le titre anglais? «Language police clamp down on The Journal»… L'OLF en français, la language police en anglais…

En page éditoriale, dans l'édition du 6 mai 2015 (voir photo ci-dessus), le titre de langue française parlait d'inquisition et affirmait, comme le texte anglais, que l'OLF «adopte des pratiques réglementaires proches de celles du Moyen-Âge»… et que le bilinguisme «nous définit, nous enrichit et nous accompagne dans notre vie quotidienne même si cela déplaît à certaines personnes à Québec». Fausseté évidente étant donné que seuls les francophones sont massivement bilingues dans le Pontiac où l'anglais reste la langue dominante… Et le journal se lamentait qu'on remette en question ses efforts «à établir une harmonie entre nos deux langues communautaires»…

Voilà pour le texte modéré… Le ton s'est enlaidi quand l'éditeur émérite du journal, Fred Ryan, a pris la plume dans la page d'opinion. Sous le titre A sorry day, il a commencé par s'en prendre à l'auteur de la plainte à l'OQLF, qu'il traite de vipère et de froussard, et à qui il reproche d'avoir appelé à l'aide «les gangsters de Montréal», ces «wannabe goose-steppers» (traduire par: ces apprentis Nazis)…

Cette idéologie a été exportée dans le Bulletin d'Aylmer/Aylmer Bulletin. On peut lire sur le site Web: «L’énoncé de mission du Bulletin est "Vivre en harmonie/Living in harmony". Ceci reflète bien la réalité d’Aylmer; un lieu où deux héritages ont créé une communauté vibrante et en plein essor.» Et où les Gatinois francophones se font assimiler en nombres croissants...

Et les voilà maintenant à l'assaut de l'est de Gatineau, le secteur le plus francophone de la ville, par le biais des publi-sacs. Entre Aylmer et l'est de la ville, les deux Bulletin contaminent déjà près de 50 000 foyers. Ils peuvent dire merci au Droit, qui leur a laissé toute la place.

Le temps est venu de sensibiliser les citoyens de Gatineau à la vraie nature de ces publications bilingues et à l'importance de retrouver un journal papier d'information de langue française, de qualité, préférablement quotidien, préférablement Le Droit. Et aussi, de faire savoir aux institutions publiques, dont le gouvernement du Québec et la Société de transport de l'Outaouais, qu'ils trahissent l'esprit (et la lettre?) de la Loi 101 en s'annonçant en anglais dans une ville française, la quatrième ville du Québec!

J'ai l'intention de leur écrire, ainsi qu'à certains commerces qui participent par leur présence à l'expansion de journaux bilingues dans une ville et une région où la langue française est menacée.


dimanche 4 juillet 2021

Gatineau : des avis publics en anglais...

Un public notice de la ville de Gatineau dans un hebdo local...

Récemment, au Québec, on a beaucoup parlé du statut bilingue accordé par la Loi 101 aux municipalités où plus de 50% des citoyens sont de langue maternelle anglaise, et de la révocation de ce statut bilingue pour celles ayant glissé au fil des ans sous le seuil des 50%. Dans sa Loi 96, le gouvernement Legault a carrément capitulé à ce chapitre devant la pression des Anglo-Québécois.

On entend beaucoup moins parler des municipalités de langue française, soumises à toutes les dispositions de la Loi 101. Or, la semaine dernière, en feuilletant l'édition en ligne du 23 juin de l'hebdo bilingue Bulletin d'Aylmer (distribué dans un secteur de Gatineau où environ le tiers des résidents sont anglophones), je suis tombé sur un avis officiel, publié en français mais aussi pleine page en anglais, de la Ville de Gatineau. Sur le site Web de la ville, il n'apparaît qu'en français.

Or, la Charte de la langue française indique clairement, à l'article 15, que «l'Administration (terme qui englobe les municipalités) rédige et publie dans la langue officielle ses textes et documents». Cette langue officielle, jusqu'à nouvel ordre, c'est le français. Et Gatineau - quatrième ville du Québec - est à 80% francophone selon le plus récent recensement. De fait, moins de 8% des résidents ne connaissent pas le français...

À moins qu'il n'existe un autre article de la Loi 101 que je n'aie pas trouvé, ou quelque règlement bureaucratique que ne connaisse pas, il me semble que Gatineau a l'obligation de publier ce genre d'avis en français seulement, au lieu de dépenser des fonds publics pour une traduction (illégale?) et des espaces publicitaires médiatiques qui ne servent qu'à encourager les 7% d'unilingues anglais de la ville à demeurer unilingues anglais au Québec.

Gatineau a déjà éclaboussé son dossier linguistique. Pour pouvoir inclure l'anglais comme exigence pour un poste de fonctionnaire qui n'en avait pas vraiment besoin, nos élus sont allés devant les tribunaux et ont réussi, en 2016, à faire tomber un pan entier de la Loi 101 (bit.ly/3gYOiV7), ouvrant toute grande la porte à un bilinguisme accru au sein des administrations municipales.

Gatineau n'est sans doute pas la seule municipalité française à se comporter, à l'occasion, comme une municipalité bilingue à majorité anglaise. Selon la CEFAN (Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord), à l'Université Laval, «beaucoup de municipalités - dont Montréal - offrent des services bilingues, et ce, même si la proportion des anglophones est située en-deçà de 30% ou même à moins de 20%

Alors si j'ai bien lu la Loi 101, Gatineau - qui ne compte qu'environ 12% d'anglophones - n'a pas le droit de diffuser des avis bilingues. Si j'ai mal lu, dites-le moi, quelqu'un. Je suis curieux de voir quel article, quel règlement ou quel obscur document contredisent la règle générale de l'unilinguisme français (autre que l'article 29.1 de la Loi pour les municipalités à majorité anglaise). Si, par contre, l'article 15 se comprend comme il se lit, qu'attend le gouvernement Legault pour rappeler Gatineau à l'ordre? Même pas besoin de la Loi 96 ici...

Si, par contre, Gatineau agit en conformité avec une quelconque exception à la règle, il serait grand temps de colmater cette brèche, comme tant d'autres, dans la Charte de la langue française!

Et voici le mot de la fin: